Vincent SEMPERE - Président 1972 > 1993


Vincent SEMPERE, Dirigeant fondateur des BENNES SEMPERE, a été Président pendant 21 ans, un record à un époque où l'AEP ne comptait qu'une petite vingtaine d'adhérents. Il est l'homme du symbole de l'Espace Polygone : la sphère du rond point central de notre espace économique.
 
"Installé à Elne en 1964, c’est en 1966 que je fais la connaissance des « apôtres » de l’AEZIN, comme Claude Badie et Jean-Paul Brunel, le père de Pierre. Je rentre même dans l’association sans m’être encore installé à Perpignan ! En 1967, avec l’aide du maire, M. Paul Alduy, je fais construire au Nord sur le seul terrain qui donnait accès à la route de Pia et j'ai inauguré mes locaux le 12 mai 1968 avec le maire et tous mes amis de l’A.E.Z.I.N. 
 
Je me souviens de nos premières réunions… C’était à l’Union Interprofessionnelle, dans une annexe de la C.C.I, rue de la Main de Fer. Depuis 1970, les premières routes étaient tracées et on viabilisait les parcelles, mais il n’y avait pas de véritable volonté politique de créer un pôle industriel… En 1972, mes amis de l’A.E.Z.I.N me demandent de prendre la présidence. Je suis en fait commis d’office ! A mes côtés, il y a Jean-Paul Brunel, Jean Montes, M. Selles, Aimé Fa. »
 
Nous n’avions qu’une idée en tête : créer une vraie zone industrielle et désenclaver le Polygone. On parlait même de labyrinthe à l’époque ! La route de Pia était étroite, l’avenue du Languedoc était jonchée de casseurs de voitures, de ronces et de roseaux. Vous ne pouvez pas imaginer ce que c’était ! On s’est battu rue après rue. C’est vrai que Paul Alduy nous a suivis. Jean-Claude Courty, adjoint au maire, également. En 1973, il n’y avait encore aucune façade sur l’avenue du Languedoc… !
 
C’est grâce à Claude Barate, Premier adjoint, que le terme de zone a disparu. La zone Nord est devenue le Polygone Nord en 1977. Nous n’étions plus des « zonards » ! Puis tout est venu : l’électrification, puis les égouts entre 1976 et 1980. Peu à peu, nous avons pu obtenir le désenclavement du Polygone par la percée de la Rue Jean Baptiste Biot, par l’Avenue du Languedoc, puis par la création de l’échangeur. Enfin, le muscle était alimenté par des artères ! 
 
On voulait un rond-point d’accueil, une façade,et un symbole. On a fait appel à un sculpteur, mais les projets ne nous ont pas plu. C’est grâce à un simple porte-crayon que j’ai trouvé l’idée du globe et des faisceaux. Une maquette a été réalisée, mais nous n’avions pas encore d’espace d’accueil…
 
Je suis heureux, car l’équipe suivante a pu concrétiser notre projet et transformer le Polygone Nord en Espace Polygone !"





Top